26 sept. 2009

Salon du livre d'artiste / Auch


Où ronger le grand os dimanche 4 octobre 2009 de 10h à 18h ?

Au 2e salon du livre d'artiste
salle des Cordeliers, place Denfert-Rochereau à Auch
c'est près de tout, c'est dans le Gers 


13 sept. 2009

Copules / Livre-objet


titre : Copules
artiste : Valeria Pasina 
texte : Aurelio Diaz Ronda

parution : 2006-2010

Dix-huit poèmes de la série Stupra imprimés sur disques papier 260 g. dans une boîte circulaire créée et habillée par Valeria Pasina.

Quarante exemplaires, tous différents et uniques, numérotés et signés par les auteurs.

75 € l'exemplaire

Cliquer sur les images pour les agrandir.


8 sept. 2009

Collection Transferts / Livres d'artiste

 
Les trois premiers ouvrages de la collection Transferts ont été réalisés à huit exemplaires chacun (plus un hors commerce) numérotés et signés par les auteurs. 

Peintures, transferts photo et estampage : León Diaz Ronda 
Texte : Aurelio Diaz Ronda

parution : octobre 2008

ça tourne . silence 


cinq fois rien 


transparents



5 sept. 2009

Simon le mage / Antoine Brea

titre : Simon le mage (& autres poèmes)
texte : Antoine Brea
avec cinq dessins de Diego de los Campos

parution : juin 2009

60 p. / 15 x 11 cm / dos carré collé / isbn 978-2-912528-09-4 / collection Lgo

9 € (+ 1,50 € frais de port) 
On en a dit : 

Dans Simon le mage, l’enfer a pour ainsi dire commencé, ici-bas et maintenant, parmi des vivants qui n’en ont que le nom, pris dans un monde où tout a le goût du sang. Brea passe le quotidien au crible de cet enfer dantesque. Ainsi de ces gueules patibulaires croisées tout au long de la journée, sur les quais de métro ou dans les allées des supermarchés, qui dessinent une sorte de purgatoire facial. 
(Romain Verger, Membrane, octobre 2012 - Lire la chronique complète) 

Les poussées lyriques y alternent avec des anecdotes et dialogues "à fleur d’os", une poésie en si et des ritournelles que la fantaisie fait basculer dans le coq-à-l’âne. Idéal pour vous accompagner durant vos vacances dans la moindre petite poche…
(Fabrice Thumerel, Libr-critique, juin 09 - Lire l'article complet) 

On aime bien à ré pon nou la poésie de Brea, tiraillée entre les appels mystiques et les méandres amoureuses.
(Ré pon nou, le blog des éditions le corridor bleu, juin 09)

Un poème extrait du recueil :

cris d'animaux

la vache chante, la baleine tueuse
les moutons feulent, le daim brait
les veaux dansants, l’ours caracoule
et moi je pleure dans l’atmosphère
le perdreau huit, le loup jument
le chien barrit parmi les rats
le lièvre gronde, l’âne se débrouille
la panthère pue si je la mange
la nuit est blonde aux animaux
je sens la bête, mon cri se fêle
si je me meurs le porc corbine
le porc et le rhinocéros
dans mon malheur les buses pleurotent
le corbeau bave et me survole
des goélands pendent à mon cou
j’ai peur, j’ai froid, je crie du sang
et j’implore les êtres du ciel
mais les chevaux traînent ma carcasse
des poissons me brisent les mains
je hurle, les phoques me recouvrent
prisonnier nu sous la banquise


On peut lire un autre poème du recueil sur Sitaudis.fr et encore un autre, très court, sur Hublots, le blog de Philippe Annocque.


À propos de l'auteur :

Antoine Brea, né en 1975, vit à Paris. Il anime plusieurs blogs dont un journal. A publié les ouvrages Fauv (éd. Hache, 2001), Méduses (Le Quartanier, 2007), Après ma ronde (Derrière la salle de bain, 2009) et dans plusieurs revues, dont LGO n°3.

Brea, c’est ce qui reste quand on a longtemps râpé. Méthodiquement, rageusement, depuis tout petit râpé la psychologie, les intentions, la pénible dentelle des identités. Brea, c’est ce qui reste quand on a rejoint enfin le réel au carré, « la paix carthaginoise » célébrée dans son roman Méduses. (…) Brea, c’est le nerf nu de nos remuements, nos états enfin visibles, sentis, rendus en phrases impeccablement brisées. La vitalité et l’humour de ses textes sont sans pareils. 
(Alban Lefranc, extrait de sa présentation de l'auteur dans LGO n°3 - Lire l'article complet)

4 sept. 2009

Annocque hublot una tormenta

© Christophe Macquet

Un billet (avec un extrait — excellemment — choisi) sur Cri & co de Christophe Macquet. C'est sur HUBLOTS, le blog qui améliore la visibilité, de Philippe Annocque.

3 sept. 2009

Mottes mottes mottes / Ana Tot























  

titre : Mottes mottes mottes
texte : Ana Tot

parution : avril 2009

88 pages / papier 160 g / 15 x 11 cm / reliure spirale / collection Lgo
dessin de couverture de Valeria Pasina / isbn 978-2-912528-08-7 

10 € (+ 1,50 € frais de port) 

ACHETER


On en a dit :

Une langue dépouillée et des formes qui nous reconduisent aux poésies de l’enfance (ritournelles avec épanodes, anaphores et épiphores, palillogies…). Les 77 micro-poèmes d’Ana Tot rappellent essentiellement l’école de Rochefort, et notamment Guillevic ; mais également Prévert : poésie de la diction, de l’addition et de la répétition qui abonde en homophonies, effets de ruptures et fantaisies les plus diverses.
(Fabrice Thumerel, Libr-critique, juin 09 - Lire l'article complet

Un beau petit carnet en bristol blanc, doté d'une spirale. Une couverture protège l'ensemble, ornée d'un dessin de Valeria Pasina où des tasses et soucoupes tendent vers l'abstraction en s'accumulant. (…) La lecture silencieuse donne rapidement une envie d'oralisation de par le travail de répétition et de permutation de ces poèmes découpés par la versification ou des tirets verticaux. Certains trouveront cela trop formaliste. Moi pas. Ana Tot arrive à ne pas faire tourner la machine textuelle à vide et semble savoir stopper ses procédés à temps.
(Nicolas Tardy, CCP n°19, avril 2010)

Deux poèmes extraits du recueil :

point d'équilibre

dans équilibre
il y a
libre

dans libre
il y a
li

dans li
il y a
l

dans l
il y a
rien
il y a
l
point


à l’arrachée

carie dent molle
molaire

extrême douleur
l’extraire

dentiste a dit
j’opère

anesthésie
merci


Deux autres poèmes du recueil à lire sur HUBLOTS 

LGO n°3 / revue & CD


Parution : février 2009

Sommaire papier :
Chilam Balam de Chumayel (texte maya traduit par Michel Boccara)
Antoine Brea / La science vraie des rêves, précédé de Deux bêtes
André Gache / Chwork, suivi de Ça et de Garçon recousant des oreilles à des ellipses en caleçon
Patrick Dubost / Trois heures du matin, suivi de Sept objets de prose tranquille
Marc Perrin / Incarner, suivi de Chant neuf
Les dessins sont de Roman Seban

+ CD audio / Lectures et entretiens de Patrick Dubost et André Gache

88 p / papier 160 g / 16 x 16 cm /
reliure spirale sous couv. couleur
/ issn 1956-8940
15 € (+ 1,50 € frais de port) / abonnement : 2 n°/28 € - 4 n°/50 € 

ACHETER

Tirage-de-tête : 19 exemplaires numérotés, comprenant une gravure sur lino de Roman Seban (au prix de 50 € l'exemplaire)


Ils en ont dit :

On découvrira tout d’abord avec intérêt "La Science vraie des rêves" proposée par Antoine Brea, dont la présentation fait écho au titre même de la revue et maison d’édition. On terminera, à propos de Marc Perrin, par une parodie du mode conventionnel de présentation de soi : "Né en. Vit à". Entre deux, les généalogie et jeux de (la) langue propres à André Gache, suivis de deux textes du "géomètre de la parole" qu’est Patrick Dubost - celui pour qui "tout monde est un poème écrit à sa taille". Ce sont ces deux-là qu’on retrouve dans le CD : les souffles et occlusions du premier - qui nous rappellent Prigent - et le bégaiement du second.
(Fabrice Thumerel, Libr-critique, mai 09)

Le Grand Os, c’est le fémur de la langue. Par quoi elle tient debout. Les poètes y font et refont mille tours avec la grammaire leur compère pour nous le rappeler.
(Alain Helissen, Le Mensuel littéraire et poétique, n°365, avril 2009)


1 sept. 2009

LGO n°2 / revue & CD


Parution : mars 2008

Sommaire papier :
Anonyme (ready-made) / Bateau Pop Pop

Jean Monod / Poèmes vocaliques et textes théoriques
Andrea D'Urso / Occident express
Alain Degange / Man without a star, suivi de Pickup on South street
Cosima Weiter / Limbes, suivi de Se taire
Onuma Nemon / Ivres des morts (chapître un de Maison Lulu), suivi de Présentation de la C.O.N. (Cosmologie Onuma Nemon)

+ CD audio / Lectures et entretiens de Cosima Weiter et Jean Monod

88 p / papier 160 g / 16 x 16 cm / reliure spirale sous couv. couleur / issn 1956-8940
15 € (+ 1,50 € frais de port) 

ACHETER
  
abonnement : 2 n°/28 € - 4 n°/50 €


Venus de Las Bocas, Jean Monod


Ils en ont dit :


Si cette revue toulousaine poursuit son travail avec autant de rigueur et d'exigence, elle va devenir rapidement l'une des toutes premières de l'hexagone.
(Pierre Le Pillouër, Sitaudis.fr - Lire l'article complet)


Joli format carré, reliure spirale, quelques dessins couleurs, la nouvelle venue a belle allure. Son sommaire n’est pas en reste.
(Alain Helissen, Poezibao - Lire l'article complet)